Questions - Réponses Protection

  le son   système auditif   test auditif   professionnels   questions   actualités  
  Oreille
  Surdité   Acouphènes   Tests auditifs   Malentendants   Protection   Implants    Aides   Bruit  

 

         

VOS QUESTIONS – NOS REPONSES

48. Faut-il protéger ses oreilles lorsque l'on nage sous l'eau ?

Oui, c'est effectivement recommandé. Pour cela, il existe des bouchons d'oreille conçus à cet usage.

49. Les oreilles risquent-elles de se boucher lorsqu'on s'élève en altitude ?

C'est un effet de la pression atmosphérique. Lorsqu'on gagne ou perd rapidement de l'altitude,  l’équilibre des pressions entre les deux faces du tympan n'a pas le temps de s'établir. L'audition devient" cotonneuse " ; l’oreille est douloureuse. Déglutir ou bâiller ouvre la trompe d’Eustache. Cette manœuvre aère l’oreille moyenne qui est mise à la pression de l’extérieur, rétablissant l’équilibre des pressions des deux faces du tympan.

50. Peut-on se baigner avec des aides auditives ?

Il existe quelques appareils, en particulier des appareils destinés aux enfants, qui sont étanches et supportent la douche ou la baignade, mais ce n’est pas la règle générale. Il est recommandé de retirer les appareils avant de se baigner, ou quand on marche sous une pluie battante.

51. Faut-il éviter l’utilisation du coton-tige pour l’hygiène des oreilles ?

Les coton-tige ne doivent être utilisés que pour nettoyer le pavillon de l’oreille et la partie externe du conduit auditif. Un coin de serviette ou de gant de toilette y suffit amplement. En revanche, leur utilisation systématique pour ramoner le conduit auditif est à proscrire car, irritant son épithélium, elle favorise la sécrétion du cérumen. Elle risque de repousser le cérumen asséché vers le fond du conduit auditif, près du tympan, au lieu de l’évacuer. De plus, surtout en cas de fabrication médiocre, les fibres de coton peuvent se détacher et se mêler au cérumen, favorisant l’apparition de bouchons. Enfin, ils sont dangereux car en cas de chute ou d’utilisation maladroite, ils peuvent être cause d’une rupture accidentelle du tympan, et même léser l’oreille moyenne.

52. Existe-t-il des plantes ou des aliments bénéfiques pour l'audition ?

On ne connaît pas de médicament, encore moins de plantes ou d'aliments, permettant de juguler la déficience auditive. Cependant certains médicaments, en favorisant l’irrigation sanguine de l’oreille, peuvent peut-être retarder la dégradation de l'audition. Quoi qu’il en soit, une bonne santé générale ne peut qu’être bénéfique à son maintien.

53. Suite à un concert, un ami proche a failli perdre l'audition. Le public est-il informé des risques occasionnés par la musique amplifiée ?

La protection de l'audition des jeunes fait l'objet depuis quelques années de campagne de prévention telle que celle initiée par l’association JNA. Le public est de mieux en mieux informé de ces problèmes, mais il y a un tel engouement pour la musique amplifiée qu’il est difficile d’encourager les jeunes à en maîtriser le niveau.

54. De quels moyens dispose-t-on pour protéger ses oreilles du bruit ?

On dispose de protection par les bouchons d’oreille dont il existe un grand nombre de modèles : à usage unique ou réutilisables, moulés sur mesure munis de filtres, et par les casques antibruit qui peuvent apporter une atténuation de l’ordre de 20 à 30 décibels. Il faut cependant, chaque fois que c’est envisageable, s’efforcer de réduire le bruit à sa source.

55. Les bouchons d'oreilles en mousse sont-il vraiment efficaces contre le bruit  ?

Les bouchons d’oreille en mousse (à usage unique) sont efficaces lorsqu’ils sont utilisés correctement. Leur mode d'utilisation est simple : il suffit de les écraser entre les doigts et de les introduire dans le conduit de l'oreille. Une fois en place, ils se dilatent et font efficacement écran au bruit. L'atténuation moyenne est de l'ordre de 20 dB. Les aigus sont plus atténués que les graves.

56. Existe-t-il des moyens de protection contre le bruit plus efficace que les bouchons et les casques ?

La réduction du bruit à sa source est le moyen le plus efficace, qui doit être privilégié.

57. De quels moyens les musiciens disposent-ils pour se protéger pendant les concerts ?

Des bouchons sont fabriqués à leur intention. Ils atténuent le volume sonore sans altérer le spectre, c’est-à-dire l’ensemble des fréquences. Ces bouchons sont sur–mesure, moulés sur le conduit
auditif.

58. Les baladeurs présentent-ils un réel danger pour l'audition ?

Écoutés à fort volume, les baladeurs présentent un réel danger pour les oreilles. C'est pourquoi la loi oblige en France les fabricants à brider le niveau sonore de leur produit à 100 dB. La durée d'écoute sans laisser l'oreille se reposer contribue au risque.

59. Existe-t-il des campagnes préventives et d'information sur les dangers de la musique amplifiée ?

Depuis quelques années, des campagnes d’information réalisées dans le cadre de la Journée Nationale de l'Audition ont pour objectifs de sensibiliser, d'informer et de mettre en garde les jeunes contre les dangers de la musique amplifiée écoutée à trop hautes doses et sur de longues durées.

60. A partir de quel âge perd-on l’ouïe ?

La perte des fréquences les plus aiguës commence dès le plus jeune âge et continue tout au long de la vie. Le capital génétique, l’exposition au bruit et certaines maladies accélèrent ce processus. Il n’y a pas d’âge précis pour l’apparition de la presbyacousie, mais celle-ci est d’autant plus fréquente que la personne vieillit. A 65 ans, un tiers des personnes sont devenues dures d’oreille. A 75 ans, plus de la moitié. Il est exceptionnel que des nonagénaires aient conservé une audition suffisante.

61. Est-il exact qu’on ait tenté de contrer le rassemblement de jeunes en émettant des bruits spécifiques ?

Les cellules ciliées de la base de la cochlée, sensibles aux fréquences aiguës sont sensibles aux bruits les plus aigus jusqu’à l’âge de 20 ans environ. Au fil des années, le jeune perd cette faculté. Des industriels astucieux avaient donc mis au point des appareils émettant à très forte intensité des bruits désagréables, entendus seulement jusqu’à la fin de l’adolescence. Ce qui avait pour but de les faire déserter les lieux où étaient émis ces sons intenses et aigus. Quelques années plus tard, ces fréquences aiguës n’étant plus perçues, les adultes ne sont pas gênés. Cependant, ces traumatismes sonores causés par ces bruits n’étant pas anodins pour leur avenir auditif, ces dispositifs ont été interdits.

62. Les ondes magnétiques émises par une boucle d’induction peuvent-elles être dangereuses ?

Les ondes magnétiques ainsi émises ne présentent aucun danger pour la santé.

63. Qu’est-ce qu’une boucle magnétique ?

On appelle boucle magnétique, ou boucle d’induction magnétique, un dispositif destiné aux personnes malentendantes appareillées d’une aide auditive comportant une bobine d’induction, ou d’un implant cochléaire incluant la fonctionnalité « T ». On peut également
confier un récepteur dédié à des personnes malentendantes ne disposant pas de ces aides auditives. Le son, recueilli par un microphone, transite par un amplificateur particulier avant d’être envoyé dans un fil métallique – disposé en boucle autour d’un espace donné. La personne malentendante peut ainsi entendre un son de bonne qualité.

64. Quels sont les organismes qui interviennent dans le domaine de la malaudition ?

Le Conseil National des Personnes Handicapées (CNCPH) intervient auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer la situation des personnes en situation de handicap, dont les personnes malentendantes et les personnes sourdes. Des associations regroupant des personnes sourdes, devenues sourdes et malentendantes, des personnes souffrant d’acouphènes et des parents d’enfants malentendants, interviennent pour que ces personnes ne restent pas isolées.
Ces associations interviennent également auprès de pouvoirs publics et d’autres décideurs pour promouvoir une meilleure accessibilité et défendre les intérêts des personnes sourdes et des personnes malentendantes.